Prolongation de l’exposition jusqu’au 3 mars 2020

La vidéo de présentation

Le Centre d’exposition (ENPJJ) lance pour cette nouvelle exposition thématique une invitation au dépaysement, une invitation à découvrir le monde étrange de la Justice des enfants.
 
Être un étranger c’est étymologiquement être « en dehors ». De manière courante est qualifiée d’étranger toute personne qui n’est pas du pays où elle vit, mais qu’est-ce qu’un pays : un village, un quartier, une ville, une région, une nation, un continent ?
L’étrangeté, quant à elle, renvoie au domaine de l’émotion, de l’expérience de la non familiarité et du singulier. Elle ne cloisonne pas l’étranger mais distingue l’altérité dans le sentiment d’inconnu qu’elle provoque.
 
En effet l’altérité désigne tou·te·s celles et ceux qui apparaissent comme différent·e·s, singulièr·e·s, minoritaires, perçu·e·s comme n’appartenant pas à un groupe qu’il soit familial, social, sexué, sexuel, religieux, national, culturel, géographique… L’altérité s’entend ici au sens large d’une rencontre avec celui qui est différent, celui qui semble s’écarter d’une « norme ».
 
Au cours d’un voyage initiatique le visiteur expérimente la découverte de l’altérité dans le monde de la justice des mineurs depuis le XIXème siècle. Cette altérité, il s’y confronte à la manière du jeune qui rencontre la Justice, son langage, ses lois, sa temporalité ou à la manière du professionnel découvrant le jeune placé sous main de justice, ses codes, son milieu, ses comportements jugés « hors-normes ».
 
L’exposition vise à rendre compte de cette perméabilité de la construction de l’Autre dans l’histoire de la Justice des mineurs. Le visiteur est invité à interroger les discours sur l’Autre et de l’Autre.  

Voici donc l’invitation au voyage d’Alice aux pays des merveilles que le Centre d’exposition transformé en terrier vous propose …

Equipé.e d’une clef, d’un champignon, d’une fiole ou d’une horloge le visiteur.euse découvre les différents univers présentant les cadres dans lesquels se joue la Justice des mineurs depuis le XIXème siècle. Il/elle traverse ainsi :

• L’univers Carcéral

• L’univers Expertal


• L’univers Judiciaire


• L’univers Placement


• L’univers Voyage


Mais tout serait trop simple si ce voyage ne dépendait pas de quatre pass qui décideront de l’aventure des visiteurs !

La clé
suit Alice dans l’envers du décor. Il est alors possible d’accéder aux univers de l’autre côté du miroir.

Le champignon permet de rencontrer des personnages bien étranges qui brûlent de se raconter.

La fiole bouleverse le langage, difficile de comprendre ce qui est formulé, dit, jugé, expliqué…

L’horloge, à la manière du lapin d’Alice, invite à traverser les univers avec la sensation que le temps nous échappe.

De Jeux de mots en distorsion de l’espace, de courses contre la montre en pertes de repères chronologiques, parsemés de rencontres voici un voyage initiatique au Pays de la Justice des enfants dont on sort Autre !